Peut-on être citoyen du monde ?

Peut-on être citoyen du monde ?

Aujourd’hui, de nombreuses personnes se définissent comme des « citoyens du monde ». Mais qu’y a-t-il réellement derrière ? Le mot sonne incroyablement ouvert et progressif au premier abord. Les cosmopolites se sentent chez eux partout dans le monde, ils ne connaissent pas de frontières nationales et considèrent tout le monde comme égal. Cependant, il vient à l’esprit de certains de se demander s’il est réellement possible de devenir citoyen du monde. Si vous êtes dans le même cas que ces personnes, cet article en guise de guide vous aidera à plus vous éclairer sur le sujet.

COSMOPOLITISME : l’unité à la place de l’exclusion

Le terme Cosmopolitisme est dérivé des mots grecs cosmos pour l’univers et polites pour citoyen, dont la citoyenneté politique n’est pas limitée à un territoire limité, aux lois applicables localement ou à un État séparé. Au contraire, il s’étend au monde entier. Le citoyen du monde considère ainsi le monde comme un espace politique, où la question de ce qui constitue le caractère spécifiquement « politique » du monde peut être conceptualisée de différentes manières.

Le philosophe grec Diogène von Sinope a été le premier à se décrire comme un citoyen du monde, exigeant ainsi l’abolition de toutes les formes de gouvernement qu’il connaissait. Le principe contraste nettement avec le nationalisme : les frontières, si importantes ici, ne doivent jouer aucun rôle dans le cosmopolitisme. L’unité au lieu de l’exclusion. Les critiques du cosmopolitisme émanent donc souvent des milieux politiquement de droite, comme on peut le lire dans certains articles. De même que sur la possibilité d’être citoyen du monde.

Lisez aussi   Comment réparer son iphone rapidement à Montpellier ? Quelle boutique ?

Qu’est-ce qui peut être un frein à la citoyenneté mondiale ?

À l’ère de la mondialisation, cependant, il convient de considérer les conditions données. Il y a des relations de pouvoir inégales dans le monde : l’exploitation des travailleurs et la destruction de l’environnement par le « Global North ». La mondialisation a ses inconvénients, qui se reflètent dans la privatisation des services publics, la vente des biens publics et la montée en puissance des multinationales.

Dans ce contexte, l’identification en tant que citoyen du monde par des personnes, majoritairement issues de la classe moyenne supérieure, semble quelque peu macabre. Si vous gagnez beaucoup d’argent, vivez dans un quartier branché de la ville et que vous n’avez pas à vous soucier de grand-chose, il est facile de dire que vous vous sentez chez vous partout.

Cependant, ce point de vue vient d’une position privilégiée, car tout le monde ne peut pas voyager partout et certainement pas être chez soi partout. Être citoyen est un statut juridique que tout le monde ne possède pas. Surtout dans des moments comme ceux-ci, où les gens ne sont pas autorisés à rester dans certains pays, on a une vision quelque peu critique de l’utilisation irréfléchie du terme.

Est-il alors possible de devenir citoyen du monde ?

L’idée de base du principe philosophique est en fait une « bonne ». Tous les gens devraient être égaux et leur origine ne devrait pas avoir d’importance, mais en réalité, les gens ne sont pas traités de la même manière. D’abord et avant tout, les privilégiés peuvent se dire citoyens du monde.

Lisez aussi   Jeanne Lazarus : Que savoir sur elle ?

Néanmoins, il est possible qu’un seul monde devienne une réalité et que les frontières nationales ne créent plus de différences entre les peuples. C’est peut-être pour cette raison que le cosmopolitisme devrait également être considéré comme le grand objectif à atteindre. Ou comme le définit l’historien et philosophe politique camerounais Achille Mbembe : « L’idée d’un monde commun, d’une humanité commune, d’une histoire et d’un avenir qui ne nous est ouvert que si nous le partageons ».

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.